Cabinet d'Ostéopathie - Saint FerréolCabinet d'Ostéopathie - Saint Ferréol

L'Ostéopathie

Le Mécanisme Respiratoire Primaire

Nous allons ici très pauvrement tenter une petite explication de ce que nous entendons par mécanisme respiratoire primaire. Ce n'est pas un cours (vous vous en rendrez facilement compte) mais simplement de quoi vous permettre très simplement de comprendre ce que peut travailler un ostéopathe qui met ses mains sur votre tête et/ou sur votre sacrum !

Notre formation, notre ressenti et notre expérience nous permettent de prendre en compte cette composante essentielle de la physiologie humaine : Le mécanisme respiratoire primaire.

Cinq composantes sont à décrire pour l'expliquer :

LE MOUVEMENT INHERENT DU CERVEAU

La contraction rythmique des cellules oligodendrogliales induisent une expension et une rétraction du cerveau.

LES FLUCTUATION DU LIQUIDE CEPHALO-RACHIDIEN

Cette contraction est associée à une fluctuation du liquide céphalo-rachidien, fluctuations décrites précisément par H. Magoun dans « Osteopathy in Cranial Field »

LES TENSION RECIPROQUES DES MEMBRANES CRÂNIENNES ET RACHIDIENNES

Les membranes de tensions réciproques, la dure-mère avec ses insertions supérieures et inférieures (au niveau du sacrum) sont des liens anatomiques entre les éléments décrits ci-dessous. Ils harmonisent le mouvement globale, et orientent les mouvements propres de chaques os.

LE MOUVEMENT DES OS DU CRÂNE

Le mouvement des os du crâne est une conséquence direct des trois éléments précédemment énoncés. Ce mouvement peut être décomposé en une phase de flexion, qui induit une notion d'expension latérale, et une diminution des diamètres céphalique-caudale ainsi que antéro-postérieurs, et en une phase d'extension, qui est un retour au point initial, induisant des caractéristiques opposées à celles de la flexion.
Schématiquement, nous pouvons dire que la flexion est la phase active, et l'extension est la phase passive.
Enfin, cette flexion-extension est en premier lieu décrite via le mouvement des deux os dit « maîtres » du crâne : Sphénoïde et Occipital.

LE MOUVEMENT DU SACRUM

Via la dure-mère, cette flexion-extension induit une flexion-extension du sacrum. Ces deux mouvements doivent donc être en harmonie l'un par rapport à l'autre.

 

 

Tout ceci n'a rien de magique, d'ésotérique, bien que ces facettes soient souvent exploitées par des écoles et des thérapeutes, car elle ont toujours rapporté beaucoup d'argent, et cela depuis les temps les plus anciens (voir les témoignage à ce sujet de St Irénée de Lyon, IIième  siècle après Jésus-Christ).

Ce mécanisme est intimement lié à l'ostéopathie crânienne, puisque le reflet que sont ses mouvements en est une résultante.

Alors, que fait l'ostéopathe lorsqu'il pose les mains sur votre crâne ? Dit-il des mantras ? Est-il magnétiseur ? Invoque-t-il des esprits ? Rien de tout cela… nous l'espérons en tout cas pour votre santé psychique et spirituelle ! Non… il travaille ! Ou plutôt il fait travailler la structure crânienne à travers toutes les composantes décrites précédemment…

Nous allons vous faire un bref exposé de la théorie du mécanisme respiratoire primaire : cette connaissance est indispensable au thérapeute, car c'est un être doté de raison, d'un cœur et d'un esprit ! Le ressenti et l'efficacité, si souvent la seule explication et la seule preuve données par les ostéopathes est une négation de l'unité de l'être, puisque la raison n'intervient pas.

Le ressenti est subjectif, c'est une phase très importante qui, au sein de développement de l'être, se situe essentiellement chez l'adolescent. Associé à beaucoup de beaux désirs, le ressenti conduit l'adolescent à des réactions et action ponctuelles dans le temps et surtout trop peu durables et quelque fois allant à l'encontre d'un développement durable (mot à la mode !) de son être.

Cet « état adolescent » est beaucoup utilisé à notre époque, car il favorise la consommation.

Ce ressenti ne doit pas être nié, c'est une belle facette de l'être, mais il doit être éclairé ! Eclairé par de justes conseils, par des exemples, et par l'éducation de sa raison.

La raison dénigrée. Une réaction à l'encontre de l'intelligence sans conscience, est ce type de phrase : « on ne soigne pas par l'intelligence mais par le cœur. »  Nous devons pourtant soigner avec ces deux composantes ! Il est même dangereux de dissocier la raison du ressenti.

Le pragmatisme thérapeutique. Les thérapeutes ne doivent pas confondre explication et affirmation, même si l'affirmation est l'efficacité de la thérapie ! Par exemple un médicament mal utilisé peut avoir beaucoup d'efficacité !

 

C'est la raison pour laquelle nous avons énoncé brièvement et pauvrement le concept du mécanisme respiratoire primaire… sur lequel notre raison s'appuie, et qui guide notre ressenti durant notre pratique…